ENSEMBLE AKA

Le saxophoniste Tommy Davis, originaire de l’Ouest canadien, et Marilène Provencher-Leduc ont fondé l’Ensemble AKA en 2014. Se consacrant à la performance d’un répertoire demandant une grande polyvalence instrumentale ainsi qu’un dévouement à la recherche-création, l’Ensemble développe de nouvelles œuvres pour leur formation inhabituelle et tente de déstabiliser ses acquis musicaux à chaque nouvelle collaboration. À la racine des préoccupations du duo se trouve la remise en question des frontières entre musique improvisée, musique écrite et comprovisation. Ainsi, les deux musiciens considèrent l’improvisation comme un outil de découverte et un générateur de matériaux sonores, aussi bien en duo que dans des formations élargies ainsi qu’une façon de développer un son et une complicité d’ensemble.

Par ailleurs, à la recherche de plus vastes possibilités, ils intègrent à leur palette sonore l’utilisation des pédales d’effets. Ainsi, en plus de leurs six instruments respectifs (piccolo, flûte, flûte alto, saxophone soprano, alto et ténor) leurs pédales de loop, de délais, de reverb, d’octaves, etc., élargissent considérablement leur terrain de jeu. Les deux musiciens d’AKA ont une formation solide en musique classique et se sont spécialisés en musique contemporaine. Cependant, leurs recherches et leurs rencontres les plus déterminantes les mènent vers l’hybridation des styles, faisant ainsi des ponts avec le rock progressif, le free-jazz et les arts visuels (partitions graphiques).

Classique_2

L’Ensemble AKA participe à la création de plusieurs œuvres de compositeurs et d’artistes du Canada (Jonathan Goulet, le groupe Deep Rivers, Ana Dall’ara-Majek), du Brésil (Danniel Ribeiro), du Mexique (Fernando Murillo Alexis, Omar Barquet), du Japon (Takuto Fukuda), d’Israël (Ofer Pelz) et de la France (Kevin Gironnay). Lors de leurs collaborations, ils questionnent les limites de la notation musicale, de la mémoire, des jeux musicaux du type Cobra de John Zorn, de l’interactivité, et de l’improvisation (ou comprovisation) comportant des contraintes formelles et esthétiques préétablies.

Leur expertise en interprétation de la musique contemporaine se fait remarquer sur la scène montréalaise, si bien que les membres de L’Ensemble AKA sont les artistes invités de l’édition 2016 du Laboratoire de musique Contemporaine de Montréal, lors duquel ils présentèrent des ateliers sur leur parcours musical, sur l’interprétation de partitions graphiques en groupe et coachèrent des groupes de musique de chambre afin de les guider pour la création de nouvelles œuvres. Finalement, ils donnent des concerts à la Galerie B-312 de l’édifice Belgo en octobre 2018, pour Suoni Per il Popolo en juin 2018, Codes d’Accès en novembre 2017, No Hay Banda en octobre 2017, le LMCML en 2016, etc. Ils travaillent actuellement sur un projet de concert au CIRMMT (Centre interdisciplinaire de recherche en musique, médias et technologie) avec les musiciens de Whim Ensemble (Ofer Pelz et Preston Beebe), qui sera présenté en février 2019 à la salle Tana Schulich. Ce projet mettra en jeu les habilités instrumentales des improvisateurs dans des créations collaboratives d’oeuvres ludiques présentées tels des « jeux dont vous êtes le héros » et impliquant une grande interaction avec le public.

Music for a documentary about butterflies… (and other animals)

Jonathan Goulet et l’Ensemble AKA présentent une oeuvre inspirée de la musique de documentaires animaliers. Les instrumentistes et leurs pédales d’effets recréent les sonorités de la faune et de la flore, tandis qu’une trame électronique à l’harmonie apaisante établit une atmosphère onirique à laquelle se superposent les traits mélodieux de la flûte traversière.

Page Facebook de l’Ensemble AKA

Advertisements